Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion
Le Deal du moment : -42%
Mi Home Smart4u Casque de vélo avec ...
Voir le deal
40 €

 

 La muse au lierre

Aller en bas 
AuteurMessage
Rémi
Nouvelle plume
Nouvelle plume
Rémi

Masculin
Lion Buffle
Nombre de messages : 15
Age : 35
Localisation : Reims
Date d'inscription : 18/06/2011

La muse au lierre Empty
MessageSujet: La muse au lierre   La muse au lierre Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 12:37

Se languit de ses vers la muse saisonnière;
Celle là qui, naguère portait le chant bruyant
D'une fougueuse verve, des songes ennuyant;
S'enticha sottement d'un pied rampant de lierre.

L'entrave grandissant sur cette minaudière
En alourdit le pas; puis son passé fuyant
Suffoquait peu à peu sous les brins essuyant
Quelques larmes saumâtres de sur sa mise en bière.

Dès lors que la nature s'abattait sur l'esprit
Que persistait-il d'autre, sinon que le mépris ?

Si de nos instants, et, des sols jonchés de bugles,
Je fus négligeant, et, ce, durant bien longtemps;
De cette longue absence, qu'en subsiste à présent ?
Un râle d'agonie ou sinon, un remugle.

Rémi
Revenir en haut Aller en bas
 
La muse au lierre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques :: Les Sonnets Réguliers-
Sauter vers: