Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Si toi aussi, tu entends souvent ton cœur parler à ta plume, viens déposer tes escarpins dans l'empreinte de nos pas.
Tu pourras alors alimenter cette rivière afin qu'elle devienne un fleuve prolifique de douceurs où tous, nous venons à notre tour, pour y tremper notre plume féconde.
Et cet affluent de pensées innombrables finit sa course magnifique dans un océan de lumières.
J'aime cet idée de partage.
Elle devrait régir le monde sans aucune faille.
Pour que nous regardions tous dans la même direction.
C'est pour cette raison que nous aimons tant la poésie... Et les poètes !...
Gérard SANDIFORT alias Sandipoete
Forum poétique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


UN ENDROIT QUI RESPIRE LE BIEN ÉCRIRE ET L'AMITIÉ
 
Vitrine du SiteFaire lire sa poésie sur FacebookAccueilRechercherS'enregistrerComment écrire de la poésie ?Connexion

 

 A Jeanne et Charles

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


A Jeanne et Charles Empty
MessageSujet: A Jeanne et Charles   A Jeanne et Charles Icon_minitimeSam 13 Avr 2013 - 15:57

Extrait du recueil Les Orbéliades

Sur le divan serein où, superbes, nos formes
Exposaient leur amour mariant les couleurs
Le ciel ambitieux sous de vives douleurs
Nous protégeait du monde et de ses yeux énormes

La foule ne pouvait nous cacher le soleil
Fait de rayons charmeurs, admirables, sublimes ;
Et nous n’avons connu que les plus hautes cimes
Au jour où nos deux cœurs se sont mis en éveil

Ah ! Jeanne fallait-il que nous soyons complices
Car nos âmes jamais n’ont su que les délices
Offertes par les cieux aux coloris si doux !

J’ai compris que l’amour naissait de la fragrance
Des claires fleurs du mal écrites à genoux,
L’idéal embrassé par ma force en partance
Revenir en haut Aller en bas
 
A Jeanne et Charles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum poétique :: LES POÉSIES :: Les Poèmes avec contraintes métriques :: Les Sonnets Réguliers-
Sauter vers: